Quelques dragons...

Dragons de givre

Si les trolls étaient les maîtres des terres, les dragons de givre dominaient les airs. Ils étaient redoutables, car leur souffle de glace mortelle pouvait tuer un ennemi sur place ou geler une rivière et permettre à des troupes de traverser… De couleur uniformément bleu sombre, ils étaient assez petits pour des dragons, mais robustes et rapides. Cette espèce n’avait que deux pattes arrière et une longue queue qui leur servait à se diriger dans les airs. Leurs grandes ailes membraneuses leur permettaient de voler longtemps sans se fatiguer, ils pouvaient même marcher à vive allure en prenant appui sur leurs articulations si leur maître exigeait un combat au sol. Depuis la nuit des temps le dragon de givre était l’animal de combat des Vikings.

(chap 18 « La bataille des géants »)

 

Illustration de Marion Vankerrebrouck.

Dragon de givre illustration de marion vankerrebrouck
Jormungand

Jormungand

– Une fée, un centaure et un nain… Je vous ai sentis dès que vous avez posé le pied dans ce tombeau. Il y a bien longtemps que je n’ai pas reçu de visiteurs… Faisons un peu de lumière pour fêter cela, voulez-vous ?

Le dragon avait parlé. Sa voix forte et gutturale résonna longtemps dans les couloirs et salles vides de Vieilles-Pierres. [...]

C’était un dragon d’or. Mais s’il fut majestueux des siècles auparavant, à cet instant, malgré sa taille et sa force, très impressionnantes pour le commun des mortels, il n’était plus que l’ombre de lui-même. Il ne pouvait plus cracher de feu qu’à de rares occasions, et guère longtemps. Ses deux ailes membraneuses s’étaient atrophiées à force de ne plus voler. Ses grandes écailles usées, de la couleur de l’or pur à l’origine, ne présentaient plus que de vagues reflets jaune pâle, tant elles étaient salies par des paquets de suie qui s’étaient collés et incrustés profondément. Les quatre pattes portaient avec peine son grand corps, pourtant amaigri. C’était en fait un très vieux dragon et il était mourant… Dargo, Dorylas et Caitlynn n’en étaient pas moins inquiets.

– Vous êtes Jormungand, je me trompe ? demanda soudain Dargo, tenant fermement sa masse en main, prêt à mourir dignement au combat.

– Oui, c’est ainsi que l’on me nommait, autrefois…

(chap 29 « La mort de Dargo »)

Ancalagon

Dargo avait failli libérer Adélice en frappant l’aile d’Ancalagon, le grand dragon noir du Viking. Il était sérieusement blessé : la masse en mithril avait fracturé l’ulna, un os essentiel de l’aile. L’animal perdait beaucoup de sang par sa plaie ouverte et il souffrait. Son maître se montrait pourtant intraitable avec lui, Ancalagon devait voler, coûte que coûte ! Alors la bête faisait comme elle pouvait, tenant dans les airs avec difficulté. C’est pourquoi, au lieu de rentrer directement à Camaaloth, le Viking avait dû se poser régulièrement pour que sa monture puisse souffler un peu et boire, ce qui l’aidait beaucoup. Björken était furieux et triste à la fois, car ce n’était pas un animal comme les autres : il crachait le froid comme un dragon de givre et il était presque aussi grand et fort qu’un dragon d’or. Un dragon d’exception pour un guerrier d’exception…

(chap 22 « Le choc des titans »)

Commentaires (1)

Nemo
  • 1. Nemo | 19/06/2016

Mon préféré c'est le dragon d'or, il a la classe! Je dis rien sur ce qui lui arrive, mais je l'ai vraiment adoré celui-là ;)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau